CES-MED a organisé une « Table ronde de bailleurs de fonds », le 7 mars 2017

Le projet CES-MED a réuni plusieurs représentants des autorités nationales, de la délégation de l’UE au Liban, des agences de financement, des ONGs, des institutions financières et les responsables de plusieurs municipalités et Unions des municipalités libanaises au cours d’une « Table ronde de bailleurs de fonds » à l’hôtel Phœnicia à Beyrouth. 
 
Ainsi que M. Amin, chef d’équipe du projet, l’a souligné lors de son discours d’ouverture, cette rencontre est l’aboutissement de quatre années d’efforts depuis le début du projet CES-MED ; son but ultime est de financer les projets proposés dans les PAEDs et au-delà et d’engager une relation de collaboration entre les institutions financières et les municipalités autour d’une table ronde afin d’identifier les opportunités de financement de ces projets.
 
Mme Abou El-Hassan, directrice des Municipalités et conseils locaux au sein du Ministère de l’intérieur libanais et point focal CES-MED, a confirmé l’engagement du Ministère dans la protection de l’environnement et de la santé publique, ainsi que son assistance dans la gestion des ressources locales, mais aussi dans son support au développement de l’économie locale de façon durable. 
 
Elle a déclaré qu’il était du devoir du Ministère de l’intérieur et des municipalités de définir une vision et des objectifs, ainsi que d’attribuer les rôles et pouvoirs aux autorités locales dans le bien l’intérêt public, notamment dans un contexte où il est nécessaire d’économiser l’énergie, de réduire les factures de consommation d’électricité et de jouer un rôle dans la lutte contre le changement climatique. 
 
Mme Abou El-Hassan a souligné les avantages de la coopération entre CES-MED et la Direction générale des municipalités pour encourager ces dernières à prendre l’initiative de développer des Plans d’action d’énergie durable et les mettre en œuvre.
 
M. Gianandrea Villa, représentant de la délégation de l’UE a mentionné que durant les 10 dernières années, l’UE était intervenue dans l’ensemble des 25 districts libanais
(Qada’a) auprès de plus de 150 municipalités et unions. Il a expliqué que de manière générale, l’UE appliquait une double approche pour les interventions complémentaires : en privilégiant le renforcement du pouvoir central dans son mandat de soutien aux autorités locales, l’UE cherche dans le même temps à soutenir celles-ci directement grâce à différents instruments financiers. 
 
 
M. Villa a ajouté que l’approvisionnement énergétique est l’un des plus grands enjeux quotidiens du Liban, et ce, même avant la crise syrienne. Par conséquent, toutes les initiatives actuelles en faveur des économies d’énergie et à la production d’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables sont très importantes.
 
La discussion a été lancée et menée par M. Amin qui a posé une question aux institutions financières concernant leurs programmes disponibles et comment les projets PAEDs pouvaient être reliés à leurs programmes de subvention. Les représentants des agences, ambassades et ONGs ont dressé un aperçu de leurs programmes et activités respectifs.
 
Plusieurs interventions de maires et de représentants des municipalités ont suivi selon lesquelles les municipalités ont indiqué que de leur côté, elles prenaient des initiatives et consacraient des efforts importants afin de répondre aux besoins de leurs villes et préparer des plans d’actions très détaillés ; elles ont toutefois mentionné que les besoins dépassaient leurs capacités financières et ont par conséquent exhorté les institutions financières à les aider à mettre en œuvre leurs projets.
 
L’un des principaux besoins identifiés pendant la discussion a été la nécessité d’assurer une meilleure visibilité aux possibilités de financement, de fournir une assistance lors de la préparation des propositions et de faciliter le réseautage avec les bailleurs de fonds potentiels et les partenaires internationaux. Il a été convenu qu’il restait beaucoup à faire en termes de prise d’initiatives de leur part et que CES-MED était un outil utile pour identifier les projets à même d’être financés.
 
M. Naguib Amin a conclu la conférence en soulignant l’importance de créer une Unité spéciale de soutien aux PAEDs au sein même du Ministère de l’intérieur et des municipalités de façon à assister techniquement les municipalités à préparer leurs PAEDs, dans la mesure où le financement externe n’est pas suffisant et les efforts entre toutes les autorités nationales et locales ne sont pas fédérés.
 
Il a été déclaré de manière concluante que les contacts, la synergie et la communication devaient se poursuivre ; que la création d‘une Unité de soutien PAED était essentielle et qu’un soutien ad-hoc continuerait d’être fourni par les bureaux du projet CES-MED.
 
Les municipalités ont considéré cette réunion comme une très bonne occasion d’écouter tous les bailleurs, institutions financières et coopération bilatérale rassemblés autour d’une même table (une première au Liban). Du côté des bailleurs de fonds, cela a été perçu comme « une très bonne opportunité de dialogue avec les municipalités ».